Ecrire un roman - la résolution de l'intrigue
Fermer cette fenêtre

Recevez vos cadeaux de bienvenue dans votre boîte e-mail :

Remplissez juste le formulaire suivant pour recevoir
GRATUITEMENT ces cadeaux:

Votre prénom
Votre e-mail*

 

Accueil Romans déjà publiés Contacter l'auteur du blog Cadeaux à télécharger

 

« Le conflit principal doit être en majeure partie résolu par le héros »

 

N’excluons quand même pas que le héros puisse être aidé par d’autres personnages. D’ailleurs – et on en a déjà parlé dans un précédent article – un héros qui arrive toujours à se tirer d’affaire tout seul n’est ni attachant, ni crédible et ni réaliste. Mais c’est au héros d’avoir le plus gros à faire pour mener l’histoire à son terme. Ne pas respecter cela risque de faire éclipser le héros et du même coup de confondre le lecteur.

 

 

« La résolution du conflit doit être crédible et appropriée »

 

Même si vous écrivez dans le genre fantastique ou science-fiction, où ce qui est possible n’est limité que par l’imagination, vous devez toujours examiner la crédibilité du récit.

 

Dans le monde dans lequel vous immergez le lecteur, il y a toujours des règles, ou des lois. Vous portez ces lois et ces règles à la connaissance du lecteur pendant que vous racontez l’histoire. Si brusquement vous appliquez une nouvelle règle ou une nouvelle loi juste pour servir le déroulement d’un évènement, vous n’êtes plus crédible.

 

Prenons toujours notre exemple préféré : Harry Potter. Dans le monde d’Harry, tout est peut-être possible, mais il y a toujours ces lois et ces règles. Comme par exemple les « simples humains » (ou les muggles) qui ne savent pas faire de la magie (et logiquement ne doivent pas en faire).

 

Alors si brusquement l’auteur fait intervenir un simple humain qui fait soudainement de la magie, juste pour servir la résolution d’un conflit, cela n’est plus crédible. Le lecteur va se sentir manipulé, et cela gâche le plaisir de la lecture.

 

« La résolution du conflit doit être appropriée »

 

Il y a toujours la bonne et la mauvaise manière de faire une chose, et cela concerne aussi la résolution d’un problème. La mort d’une personne innocente peut par exemple résoudre un problème, mais il est évident que c’est loin d’être approprié.

 

Dans l’histoire que l’auteur raconte, le conflit principal doit toujours être résolu de la bonne manière, à moins de vouloir dégoûter le lecteur.



Posté le 09 Décembre 2015

 


Vous avez aimé cet article ?

Remplissez juste le formulaire suivant pour être immédiatement prévenu de la publication de nouveaux articles sur ce blog :

Votre prénom
Votre e-mail

 

 

Partagez cet article sur Facebook :



Retweetez cet article :



Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 

Votre avis sur cet article ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Vous avez une expérience à raconter ? Votre commentaire est apprécié !

Soyez le premier à commenter cet article !


Déposez votre commentaire !

Votre prénom (ou pseudo)


Votre e-mail (facultatif, ne sera pas publié)


Votre commentaire :



Confirmez que vous etes bien un humain
Recopiez le code ci-dessus


 

 

 


Ryan Thomas Davidson, l'auteur du blog
Qui est-il ?




Téléchargez vos CADEAUX DE BIENVENU (livres, vidéos, ...) en remplissant juste le formulaire suivant :

Votre prénom


Votre e-mail


 

Aimez la page Facebook de ce site :

 

Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 



Derniers posts

Est-ce que les gouts et les préférences des lecteurs changent avec le temps ?

Les critiques de livres sur Internet

Comment créer une base de fervents lecteurs

Comment réagir aux critiques sur Amazon Kindle

9 astuces pour améliorer vos ventes sur Amazon Kindle

Ecrivains : ne vous mettez jamais la pression (dans le but de réussir)

un cours de marketing pour les auteurs

Comment percer quand on est encore un auteur inconnu

Ecrire de la non-fiction : intéressant ou pas ?

Coup de gueule contre Amazon et KDP Select

Voir tous les posts

Page d'accueil du blog

 


2015, tous droits reserves