Ecrivain : ne pas se mettre la pression
Fermer cette fenêtre

Recevez vos cadeaux de bienvenue dans votre boîte e-mail :

Remplissez juste le formulaire suivant pour recevoir
GRATUITEMENT ces cadeaux:

Votre prénom
Votre e-mail*

 

Accueil Romans déjà publiés Contacter l'auteur du blog Cadeaux à télécharger

 

Ecrivains : ne vous mettez jamais la pression (dans le but de réussir)

 

L’écriture est un art, et l’art vient toujours du cœur, des entrailles (des « tripes », si on peut se permettre l’expression), et jamais du mental. Le terme « intelligence » ne s’applique pas en premier lieu pour un artiste. L’artiste exprime quelque chose qu’il « sent » devoir « sortir » de lui-même. En quelque sorte, il est un acteur passif, juste guidé par son instinct, son inspiration, sa créativité.

 

 

L’écrivain qui exerce son art (l’écriture) s’amuse. Son cerveau, son côté « logique » contenant sa faculté de raisonnement, de calcul est en quelque sort « débranché ». Il se laisse guider. Il découvre quelque chose en lui qui se déroule comme un parchemin au fur et à mesure qu’il avance. S’il essaie d’utiliser à ce moment la logique ou le raisonnement, il finit par ne plus s’amuser, il stoppe son élan. Le flux créatif s’estompe peu à peu pour disparaître.

 

On se met la pression quand on veut écrire avec sa tête

 

Si on écrit tout en pensant à vouloir produire à tout prix un best-seller, ou à évaluer sans cesse si ce qu’on écrit est bon, juste, adapté, convenable, « vendable » , ou encore « sera fini dans les temps »,  on écrit avec sa tête. On n’est plus guidé par l’inspiration. L’activité cesse d’être un art pour devenir une torture de méninges. Et on ne produit plus ce qu’on est censé produire. Personne n’y gagne avec ce qui en sort : vous l’avez accouché dans la douleur et vos lecteurs ne savent pas quoi penser du bébé.

 

Cela peut arriver surtout chez les auteurs qui ont eu un premier succès encourageant et qui – sous la pression des éditeurs – veulent profiter de la vague pour sortir très rapidement un second œuvre. La notoriété déjà acquise va aider, certes, mais le jeu devient dangereux.

 

L’important est de prendre conscience et de savoir reconnaître ce moment où « on se force » plutôt que de se laisser aller. Si on parvient à se ressaisir, il n’est pas si grave d’être tombé dans le piège. D’ailleurs, cela peut arriver à tout le monde !



Posté le 12 Mai 2016

 


Vous avez aimé cet article ?

Remplissez juste le formulaire suivant pour être immédiatement prévenu de la publication de nouveaux articles sur ce blog :

Votre prénom
Votre e-mail

 

 

Partagez cet article sur Facebook :



Retweetez cet article :



Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 

Votre avis sur cet article ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Vous avez une expérience à raconter ? Votre commentaire est apprécié !

Soyez le premier à commenter cet article !


Déposez votre commentaire !

Votre prénom (ou pseudo)


Votre e-mail (facultatif, ne sera pas publié)


Votre commentaire :



Confirmez que vous etes bien un humain
Recopiez le code ci-dessus


 

 

 


Ryan Thomas Davidson, l'auteur du blog
Qui est-il ?




Téléchargez vos CADEAUX DE BIENVENU (livres, vidéos, ...) en remplissant juste le formulaire suivant :

Votre prénom


Votre e-mail


 

Aimez la page Facebook de ce site :

 

Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 



Derniers posts

Est-ce que les gouts et les préférences des lecteurs changent avec le temps ?

Les critiques de livres sur Internet

Comment créer une base de fervents lecteurs

Comment réagir aux critiques sur Amazon Kindle

9 astuces pour améliorer vos ventes sur Amazon Kindle

Ecrivains : ne vous mettez jamais la pression (dans le but de réussir)

un cours de marketing pour les auteurs

Comment percer quand on est encore un auteur inconnu

Ecrire de la non-fiction : intéressant ou pas ?

Coup de gueule contre Amazon et KDP Select

Voir tous les posts

Page d'accueil du blog

 


2015, tous droits reserves