Les personnages de roman : leurs donner des défauts
Fermer cette fenêtre

Recevez vos cadeaux de bienvenue dans votre boîte e-mail :

Remplissez juste le formulaire suivant pour recevoir
GRATUITEMENT ces cadeaux:

Votre prénom
Votre e-mail*

 

Accueil Romans déjà publiés Contacter l'auteur du blog Cadeaux à télécharger

 

« Donnez des défauts à vos personnages »

 

Comme dans la vraie vie, les personnages d’un roman ont aussi leurs qualités et leurs défauts. Avoir un ou plusieurs personnages qui n’ont que des qualités ou seulement des défauts rendrait l’œuvre irréaliste, non crédible, donc inintéressant pour le lecteur.

 

Bien sûr, l’auteur n’est pas obligé de mettre en avant toutes les qualités ou tous les défauts de chaque personnage. Il mettra surtout l’accent sur les traits qui jouent un rôle important dans l’histoire. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le héros n’est pas sans faille, et que même le « méchant » contre lequel il se bat peut aussi avoir des qualités.

 

 

« Ce sont les faiblesses des personnages qui créent les conflits »

 

Même le conflit principal qui est au cœur de l’histoire a à sa source dans une faiblesse d’un personnage qui joue un grand rôle dans l’histoire. Prenons exemple dans l’histoire même de l’humanité : la seconde guerre mondiale, un conflit qui a coûté la vie à des millions de personnes, a parmi ses origines un défaut dans le caractère d’Adolf Hitler.

 

Un autre exemple : Harry Potter, de J.K. Rowling (une lecture très conseillée aussi, au passage). Le jeune héros ne manque pas certes de qualités, mais il souffre aussi de défauts qui lui créent parfois des problèmes avec ses amis, et cette faiblesse  influe beaucoup le conflit principal de l’histoire.

 

« Les défauts ne rendent pas un personnage antipathique, s’ils sont basés sur la morale »

 

Si l’auteur peut être réticent à donner des défauts à son héros ou à ses personnages, par peur de la réaction du lecteur, il est utile de connaître ce point.

 

Par exemple, un parent peut être « surprotecteur » et carrément empêcher son enfant de respirer. Un tel défaut, vu de l’extérieur, est difficilement condamnable puisque le personnage agit par amour.

 

Par contre, on peut rendre un personnage vraiment antipathique en lui donnant un défaut qui le fait agir en dépit de la morale. Par exemple, un personnage très cupide qui n’hésite pas à trahir et sacrifier son ami pour en tirer profit.



Posté le 09 Octobre 2015

 


Vous avez aimé cet article ?

Remplissez juste le formulaire suivant pour être immédiatement prévenu de la publication de nouveaux articles sur ce blog :

Votre prénom
Votre e-mail

 

 

Partagez cet article sur Facebook :



Retweetez cet article :



Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 

Votre avis sur cet article ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Vous avez une expérience à raconter ? Votre commentaire est apprécié !

Soyez le premier à commenter cet article !


Déposez votre commentaire !

Votre prénom (ou pseudo)


Votre e-mail (facultatif, ne sera pas publié)


Votre commentaire :



Confirmez que vous etes bien un humain
Recopiez le code ci-dessus


 

 

 


Ryan Thomas Davidson, l'auteur du blog
Qui est-il ?




Téléchargez vos CADEAUX DE BIENVENU (livres, vidéos, ...) en remplissant juste le formulaire suivant :

Votre prénom


Votre e-mail


 

Aimez la page Facebook de ce site :

 

Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 



Derniers posts

Est-ce que les gouts et les préférences des lecteurs changent avec le temps ?

Les critiques de livres sur Internet

Comment créer une base de fervents lecteurs

Comment réagir aux critiques sur Amazon Kindle

9 astuces pour améliorer vos ventes sur Amazon Kindle

Ecrivains : ne vous mettez jamais la pression (dans le but de réussir)

un cours de marketing pour les auteurs

Comment percer quand on est encore un auteur inconnu

Ecrire de la non-fiction : intéressant ou pas ?

Coup de gueule contre Amazon et KDP Select

Voir tous les posts

Page d'accueil du blog

 


2015, tous droits reserves