Créer le héros de votre roman
Fermer cette fenêtre

Recevez vos cadeaux de bienvenue dans votre boîte e-mail :

Remplissez juste le formulaire suivant pour recevoir
GRATUITEMENT ces cadeaux:

Votre prénom
Votre e-mail*

 

Accueil Romans déjà publiés Contacter l'auteur du blog Cadeaux à télécharger

 

Créer le héros de votre histoire (suite)

 

Le héros n’est pas nécessairement la personne la plus forte (physiquement ou émotionnellement), la plus intelligente, ou qui présente une ou des qualités hors du commun. Au contraire, plus un héros ressemble à une personne tout à fait anodine, plus il est attachant, et plus le lecteur s’intéresse à lui.

 

Mais il y a quand même 3 règles principales à respecter pour que votre héros en soit vraiment un. Trop déroger à une ou plusieurs de ces règles risque de semer la confusion chez le lecteur, et vous risquez de le perdre.

 

 

- Le héros doit avoir de bonnes intentions : vous savez, le personnage sur lequel l’histoire met l’accent mais qui n’a pas de bonnes intentions ne peut pas être un héros. En fait, c’est tout à fait l’inverse : c’est le « méchant », le vilain. Ne risquez pas de confondre le lecteur là-dessus.

Pourtant, il se peut que le héros bascule un peu du « côté obscur de la force » pendant un temps. Mais l’important c’est qu’il se ressaisisse et prenne conscience de cela, pour n’avoir que de bonnes intentions pour la suite.
 

- Le héros doit naturellement faire preuve de respect : un héros respecte même ses ennemis, et au fond de lui ne les méprise pas. Le héros doit avoir des valeurs qui lui tiennent à cœur, et qu’il est prêt à défendre.
 

- L’empathie : il est difficile, voire même impossible, d’avoir un héros qui ne manifeste pas de l’empathie. Quelqu’un qui est plus ou moins indifférent à ce qui arrive à ses semblables ne peut pas faire un héros.

L’empathie est aussi ce qui pousse le héros à risquer beaucoup, allant même jusqu’à sa propre vie, pour défendre ou soutenir une cause. Il se met toujours à la place de ceux qui peuvent être victimes d’une injustice ou d’une calamité.

C’est même cette empathie qui pousse le héros dans certaines histoires à aider le « méchant » ou ses ennemis, alors que ces derniers n’hésiteraient pas à le laisser à un triste sort.

L’empathie est le facteur principal qui rend le personnage attachant.



Posté le 21 Septembre 2015

 


Vous avez aimé cet article ?

Remplissez juste le formulaire suivant pour être immédiatement prévenu de la publication de nouveaux articles sur ce blog :

Votre prénom
Votre e-mail

 

 

Partagez cet article sur Facebook :



Retweetez cet article :



Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 

Votre avis sur cet article ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Vous avez une expérience à raconter ? Votre commentaire est apprécié !

Soyez le premier à commenter cet article !


Déposez votre commentaire !

Votre prénom (ou pseudo)


Votre e-mail (facultatif, ne sera pas publié)


Votre commentaire :



Confirmez que vous etes bien un humain
Recopiez le code ci-dessus


 

 

 


Ryan Thomas Davidson, l'auteur du blog
Qui est-il ?




Téléchargez vos CADEAUX DE BIENVENU (livres, vidéos, ...) en remplissant juste le formulaire suivant :

Votre prénom


Votre e-mail


 

Aimez la page Facebook de ce site :

 

Suivez Ecrivain-En-Herbe sur Twitter :

 



Derniers posts

Est-ce que les gouts et les préférences des lecteurs changent avec le temps ?

Les critiques de livres sur Internet

Comment créer une base de fervents lecteurs

Comment réagir aux critiques sur Amazon Kindle

9 astuces pour améliorer vos ventes sur Amazon Kindle

Ecrivains : ne vous mettez jamais la pression (dans le but de réussir)

un cours de marketing pour les auteurs

Comment percer quand on est encore un auteur inconnu

Ecrire de la non-fiction : intéressant ou pas ?

Coup de gueule contre Amazon et KDP Select

Voir tous les posts

Page d'accueil du blog

 


2015, tous droits reserves